En mai 2017, plus de 336 000 agneaux ont été abattus. « En poids, la baisse atteint 2,9 %, selon la note du ministère diffusée ce 29 juin 2017. Les abattages d’ovins de réforme progressent, quant à eux, de près de 12 % en têtes et de 10 % en poids. Sur les quatre premiers mois de 2017, les abattages d’agneaux dépassent de 0,9 % en têtes et en poids, les niveaux de 2016. »

Les cours se replient

En avril, Pâques a tiré l’activité vers le haut. Logiquement, avec la chute des abattages, les cours de l’agneau se replient en mai. « À 6,08 €/kg de carcasse, ils restent supérieurs de 3,8 % au cours moyen de mai 2016 mais en retrait de 3 % par rapport au cours moyen de la période 2011-2015 », poursuit le ministère.

Sur le plan commercial, les importations d’ovins sur pied ont bondi de 58 % en avril, en glissement annuel. Sur les quatre premiers mois de l’année, elles chutent de 16 %, soit 137 tec. Les achats en Espagne ont reculé de 15 %, et ceux aux Pays-Bas de 57 %. Toujours en avril, les exportations d’ovins vivants ont reculé de 6, 7 % et de 15 % sur les quatre premiers mois de l’année.

Production en hausse

« Au total, en avril 2017, avec plus de 9 300 tec, la production ovine est en hausse de 28 %, en glissement annuel, du fait du positionnement différent de Pâques en 2017, par rapport à 2016, analyse le ministère. Sur l’année, avec plus de 29 000 tec, la production ovine totale dépasse de 1 % celle de 2016. »