Le moment est compliqué avec l’épidémie de coronavirus et l’avenir incertain pour toutes les laiteries et leurs producteurs… Mais à des degrés divers. La Laiterie Saint-Denis-de-l’Hôtel (LSDH), très engagée sur le créneau des laits de consommation très demandés par les GMS depuis le début de la crise du Covid-19, apparaît plus épargnée.

À lire aussi : Les producteurs de l’ULM incités à baisser leurs volumes de 5 %, voire plus (08/04/2020)

Un prix de base de 333,79 € en avril

Le prix de base annoncé pour avril en témoigne. Les producteurs seront payés 333,79 € (lait à 38/32) déduits la saisonnalité de –15 €. Et la plupart verront une part non négligeable de leur livraison mensuelle valorisée dans la filière « C’est qui le patron ?! » à 390 € de prix de base. En mars, ce pourcentage est monté à 34 %.

Dans ce contexte, les trois organisations de producteurs (APLBC, APLCQLP Orée Anjou et la coopérative de collecte Bresse Val de Saône) ont décidé à la mesure de leurs moyens d’aider les producteurs plus en difficulté qu’eux. Ceux notamment dont les laiteries seront obligées de dégager leurs excédents de lait sur un marché Spot en pleine déconfiture en matière de prix… Voire d’arrêter de collecter.

Retrouvez L’observatoire du lait Spot sur le site internet de L’éleveur laitier

Une cagnotte de 50 000 € à redistribuer

En solidarité avec ces producteurs plus dans la tourmente qu’eux, ces OP vont créer une cagnotte. Elle sera alimentée avec ce qu’elles reçoivent dans le cadre des démarches de lait équitable. Le décret sur le commerce équitable impose en effet la redistribution d’un pourcentage des ventes aux OP afin de promouvoir et développer ce type de démarche.

Dans ce cas précis, ce sont 3 €/1 000 litres vendus que verse la laiterie à chaque OP, provenant pour un tiers du metteur sur le marché (« C’est qui le patron ?! », Monoprix, Auchan, Casino), pour un tiers du transformateur (LSDH) et pour un tiers des producteurs impliqués dans la démarche.

Ce sont ainsi sur les mois de mars et d’avril à raison de quelque 2 millions de litres de lait vendus par semaine, environ 50 000 € qui seront mis de côté pour être reversés. L’idée, encore en discussion, est de cibler cette aide sur quelques entreprises engagées sur des démarches de lait équitable et éthique. Une fois qu’elles seront identifiées, le choix sera mis au vote des consommateurs via le réseau « C’est qui le patron ?! ».

Jean-Michel Vocoret — L’éleveur laitier