Portée conjointement par l’institut de l’élevage (Idele), les chambres d’agriculture et la Confédération nationale de l’élevage (CNE), l’interface OK Éleveur se revendique comme la première plateforme interactive pour les éleveurs dans les filières herbivores.

Le site étant en service depuis peu (octobre 2019), les porteurs du projet ont souhaité présenter l’outil plus en détail à l’occasion d’une conférence de presse le 14 novembre 2019 à l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture (APCA) à Paris. Éric Combes, éleveur à la tête d’un atelier de veaux sous la mère et d’un centre équestre en Corrèze, est venu à cette occasion partager son expérience.

« Un outil rapide d’accès et fiable »

Un ensemble de contenus techniques sur les filières est accessible sous forme de 645 fiches, vidéos-tutos-astuces, et 75 outils d’aide à la décision. Des informations sur l’actualité des filières et les principaux événements associés sont également disponibles via un agenda. Pour accéder à l’information, un moteur de recherche est ouvert. Sinon, la plateforme peut « aiguiller » le visiteur en lui proposant une arborescence construite en fonction des sept filières, déclinées elles-mêmes en thématiques et objectifs. « Notre but est de mieux valoriser les travaux existants dans la recherche et de les faire connaître aux éleveurs », complète l’Idele.

« L’espace est assez intuitif. En quelques clics, j’ai pu trouver les réponses à mes questions. Les contenus renvoient à des études précises et techniques où les sources sont citées contrairement à ce qu’on peut trouver sur les forums et autres réseaux sociaux. J’ai plus d’assurance sur la fiabilité de l’information », appuie l’éleveur Éric Combes.

Pour un accès plus personnalisé, les visiteurs peuvent créer leur profil et ainsi choisir leurs filières favorites et leur département. Le contenu qui apparaît est ainsi plus ciblé. « L’inscription au site est et restera gratuite pour les éleveurs », assure Anne-Charlotte Dockes, de l’Idele. « 2 500 visiteurs ont déjà été recensés. Une cinquantaine d’éleveurs est inscrite, et le même nombre dans le corps enseignant » poursuit-elle.

« Garder le relationnel entre les éleveurs et avec les conseillers »

À travers cette plateforme, 205 ingénieurs et conseillers rattachés respectivement à une filière et une région en chambre d’agriculture sont disponibles pour répondre aux interrogations des éleveurs. Dans le cas de questionnements très spécifiques, 90 référents nationaux de l’Idele peuvent être également sollicités. « Cette mise en relation avec des spécialistes et conseillers d’élevage va nous permettre de mieux cerner les besoins des éleveurs et d’y adapter nos domaines d’expertise et d’accompagnement », soutient Christine Valentin, de l’APCA.

Dans cette logique d’échange et de partage, les utilisateurs peuvent, depuis le site OK Éleveur, rejoindre une communauté Facebook de leur filière.

Pour y jeter un œil, voici le lien : www.okeleveur.com

Lucie Pouchard
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Recul de la demande sur les pièces « arrière »

L’activité commerciale reste assez régulière sur le marché du vif, bien que les industriels observent un recul des commandes dans les pièces « arrière ». Le prix des aloyaux se replie, mais cette baisse n’est pas compensée par une plus-value sur les avants. Les abatteurs, qui ont moins de difficulté à s’approvisionner, commencent à mettre la pression sur les prix des laitières. La demande est également plus calme dans le domaine des allaitantes, mais la modestie de l’offre permet de maintenir les cours.
Votre analyse du marché - Ovins

L’offre ne couvre pas la demande

La demande se tasse, mais les disponibilités peinent à la couvrir. L’animation commerciale est soutenue sur les cadrans avec une bonne tenue des prix alors que la tendance de ces dernières années la tendance était plutôt à la baisse à la fin de septembre.