C’est un signal fort envoyé par Fonterra, dont les prix fixés font office de baromètre des cours mondiaux du lait. Le 27 juillet dernier, la coopérative a annoncé pour la prochaine campagne laitière un prix payé aux producteurs de 6,75 dollars néo-zélandais ($NZ) par kilo de matière sèche, soit 4,32 €. En incluant la prévision de 45 à 55 cents de bénéfices par action, le prix payé aux producteurs sera compris entre 7,20 et 7,30 $NZ (4,67 €) par kilo de matière sèche, avant retenue.

« Renforcement de la demande mondiale »

Selon John Wilson, président de Fonterra, cette hausse du prix « reflète le rééquilibrage de l’offre et de la demande, avec un renforcement de la demande mondiale de produits laitiers ». Après une crise des prix très marquée sur la campagne de 2015-2016, le président de la coopérative estime que « l’augmentation du prix du lait est une bonne nouvelle pour les producteurs, qui investissent dans la continuité d’une saison 2016-2017 plus favorable ».

Theo Spierings, directeur de Fonterra, précise que « de plus en plus de consommateurs mettent les produits laitiers au centre de leur alimentation quotidienne, se traduisant par une forte demande de produits de grande consommation et de restauration ». Le directeur de la coopérative reste néanmoins mesuré quant aux perspectives. « Les prévisions de la coopérative sont prudentes. Nous sommes encore tôt dans la saison, que nous débutons avec un très faible niveau de stocks. »

V. Gu.