« On a vu passer beaucoup de communiqués soulignant l’implication de certains industriels et distributeurs dans l’acte 2 des États-généraux de l’alimentation (EGA), relève Thierry Roquefeuil, président de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), lors d’une conférence de presse au Salon international de l’agriculture le 25 février 2020. Nous nous réjouissons de ces prises de paroles positives, même si le prix du lait reste l’indicateur le plus important à nos yeux. »

En 2019, le syndicat avait évalué l’impact des EGA à environ 20 €/1 000 litres sur le marché intérieur. Record à battre. « La plus large prise en compte des marques de distributeurs (MDD) cette année va dans le bon sens », ajoute-t-il.

À lire aussi : Un bilan en demi-teinte pour le prix du lait (28/11/2019)

Des distributeurs plus ou moins engagés

« Les indicateurs de marché, et notamment de prix de revient, publiés par l’interprofession laitière (Cniel) donnent une base aux négociations entre éleveurs, industriels et distributeurs », rappelle le syndicat.

Si les distributeurs Carrefour, Leclerc, Intermarché et Lidl semblent jouer le jeu, la FNPL pointe du doigt Casino et Auchan. « Il est important que chacun apporte sa pierre à l’édifice, souligne Thierry Roquefeuil. Un petit groupe peut à lui seul tirer les prix vers le bas, même si cela est de moins en moins vrai avec la dynamique des EGA. »

À lire aussi : Le prix de revient du lait réévalué à 384 €/1 000 litres (20/12/2019)

Sécuriser les progrès réalisés

Les avancées réalisées sur les actes 1 et 2 des États-généraux de l’alimentation ne pourraient finalement tenir qu’à un fil. « Une réunion à l’Élysée serait pour nous l’occasion de réaffirmer nos ambitions sur la Pac car il est primordial que l’Union européenne sécurise, soutienne et généralise l’état d’esprit des EGA », insiste Thierry Roquefeuil.

Michel Lacoste, président du Cnaol et secrétaire général adjoint de la FNPL, souhaite également que l’intégration des coûts de production dans les formules de calcul du prix du lait soit au plus vite déclinée dans les coopératives car « le prix du lait payé est une chose mais la formule en est une autre, particulièrement en temps de crise ! »

A. Courty