L’Agence s’engage à aider plusieurs pays à développer des stratégies de lutte contre la propagation de la résistance aux antimicrobiens dans les chaînes d’approvisionnement alimentaires.

Cette annonce intervient alors que, la semaine prochaine, les gouvernements débattront « du défi posé par les superbactéries résistantes aux médicaments » lors de l’assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU).

Un plan, quatre axes

« L’utilisation accrue, et en excès, des médicaments antimicrobiens dans le cadre de la santé humaine et animale a contribué à augmenter le nombre de microbes responsables des maladies », rappelle la FAO.

Son plan se décline autour de quatre axes dans les secteurs alimentaires et agricoles :

  • « Améliorer la sensibilisation aux questions relatives à l’antibiorésistance chez les agriculteurs, les producteurs, les vétérinaires, auprès des autorités, des responsables politiques et des consommateurs ;
  • Renforcer les capacités nationales en matière de surveillance et de contrôle de l’antibiorésistance, et d’utilisation des antimicrobiens dans l’alimentation et l’agriculture ;
  • Renforcer la gouvernance liée à l’utilisation des antimicrobiens et l’antibiorésistance dans l’alimentation et l’agriculture ;
  • Promouvoir de bonnes pratiques au sein des systèmes alimentaires et agricoles, ainsi que l’utilisation prudente des antimicrobiens. »