Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Les abattages de porcs reprennent des couleurs

réservé aux abonnés

Marchés - Les abattages de porcs reprennent des couleurs
En janvier 2021, « les cours sont stables et assez proches du niveau saisonnier habituel », estime Agreste. © Cédric Faimali/GFA

Après un ralentissement marqué à la fin de 2020, les abattages de porcins ont augmenté de 1,1 % en poids en janvier 2021, par rapport à la moyenne sur cinq ans, d’après Agreste. Les exportations restent soutenues, tirées par la demande asiatique.

« L’année 2021 commence par une reprise de l’activité d’abattage de porcs portée par les opérations traditionnelles de promotion en janvier », analyse Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture, dans sa note d’infos rapides diffusée le vendredi 26 février 2021.

Sur le premier mois de l’année, les abattages français de porcs sont en hausse de 1,1 % en poids par rapport à la moyenne des cinq dernières années, après un ralentissement très marqué à la fin de 2020. « En Europe, l’offre est élevée, notamment en lien avec les reports d’abattages de l’Allemagne », rapporte Agreste

Commerce dynamique…

Sur le volet commercial, « les exportations de viande porcine progressent fortement, tirées par la demande asiatique ». En décembre 2020, les envois de viande et de graisse porcine sont en hausse de 8,1 % sur un an.

Ils bondissent de 85 % sur un an vers la Chine, « et progressent vers l’ensemble des partenaires asiatiques et vers le Royaume-Uni (+54 %) ». En revanche, le recul des exportations continue vers le marché communautaire, en particulier vers l’Italie (–35 %).

> À lire aussi : En viande porcine, le débouché chinois est « appelé à se réduire » (09/02/2021)

Toujours en décembre 2020, les importations françaises de viande porcine se replient de 2,5 % sur un an. Le recul des achats à l’Espagne est marqué (–7 %). En conséquence, l’excédent commercial des viandes porcines s’élève à 12 600 tonnes-équivalent carcasse sur le dernier mois de l’année 2020.

La demande asiatique tient les prix

S’agissant des prix du porc à la production, en janvier 2021, ils « se stabilisent à 1,38 €/kg en moyenne, soit 20,5 % de moins qu’en janvier 2020, marqué par un niveau exceptionnellement élevé », rappelle Agreste. Pendant ce temps, l’envolée du prix de l’aliment continue de peser sur le maillon de la production.

À l’échelle européenne, bien que la production porcine soit élevée et que les produits allemands privés de leurs débouchés vers l’Asie soient vendus à des prix très compétitifs, « la forte demande asiatique parvient à contenir les cours, dans un contexte de prix toujours élevés en Chine ».

> À lire aussi : La Chine pourrait reconnaître le zonage de la peste porcine africaine (09/02/2021)

Vincent Guyot

Le recul de la consommation ralentit

Sur le dernier mois de l’année 2020, en France, la consommation apparente de viande porcine « recule de façon marquée », affichant une baisse de 5,1 % par rapport à décembre 2019. Sur l’ensemble de l’année 2020, le repli de la consommation apparente s’établit à 1 %, « après un recul de 3 % entre 2018 et 2019 », précise Agreste.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !