Les signaux sont actuellement au vert. D’après le Cniel, la baisse de la collecte en Europe depuis l’automne, de 3 à 5 % par mois pour la France comparativement à 2017, conjuguée à des stocks de poudre maigre quasi vides a permis de rééquilibrer l’offre et la demande sur le marché des produits laitiers.

Des prix à la consommation plus élevés

Les prix à la consommation pour les ménages en France ont globalement augmenté pour toutes les catégories de produits et notamment pour le beurre (+10 % en 2018). Les hausses sont plus modérées du côté du lait liquide, des fromages et des yaourts (moins de 3 %).

Alors que l’avenir semble s’éclaircir pour la filière, les répercussions sur le prix du lait ne sont pas encore clairement visibles. Le prix du lait standard conventionnel se situait à hauteur de 332 €/1 000 litres en novembre dernier contre 334,6 €/1 000 litres en 2017, selon Agreste. Les chiffres sur décembre et janvier ne sont pas encore disponibles.

Attention au Brexit

« Bien que les perspectives soient globalement favorables, la situation d’ensemble dépendra également du résultat des négociations avec la grande distribution qui se clôturent à la fin de février, et du contenu de l’accord final du Brexit. Le Royaume-Uni absorbe en effet l’équivalent de 3 % de la production laitière de la France », avertit toutefois Benoît Rouyer, directeur du service en charge de l’économie et du territoire au Cniel.

Alexandra Courty