Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« La France a besoin d’exporter »

réservé aux abonnés

Marchés laitiers
 - « La France a besoin d’exporter »
De gauche à droite, Damien Lacombe, président de Sodiaal, et Michel Nalet, directeur des relations extérieures de Lactalis, le 15 mars 2018 lors de l’assemblée générale de la FNPL à Vannes. © V. Guyot/GFA

Pour les deux acteurs majeurs de la collecte laitière en France, Lactalis et Sodiaal, les débouchés à l’international semblent tenir une place prépondérante.

« Le marché intérieur français n’est pas celui qui va nous porter demain, lance Michel Nalet, porte-parole de Lactalis, lors d’une table-ronde organisée lors de l’assemblée générale de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), le 15 mars 2018 à Vannes (Morbihan). Si on veut stabiliser nos volumes de lait produits en France, il faut se tourner vers l’international. Nous sommes un pays d’exportation, et on doit le rester. Quand les marchés à l’exportation vont bien, c’est aussi de la valeur qui est créée. »

« Nos voisins européens, eux, avancent sur le sujet »

Le directeur des relations extérieures du groupe Lactalis se montre critique sur les États-généraux de l’alimentation (EGA), qu’il juge « autocentrés. Le marché intérieur représente certes 40 % des volumes, mais on a laissé de côté le reste. Rien n’a été évoqué sur l’exportation. Or, nos voisins européens, eux, avancent sur le sujet. »

Un discours que Michel Lacoste, vice-président de la FNPL, conteste : « Il y a un décalage entre les paroles et les actes du groupe Lactalis, puisqu’il ne redistribue pas les volumes des producteurs qui cessent leur activité. » Et Michel Nalet de répondre. « On ne peut pas collecter plus que ce qu’on peut transformer. À Bruxelles, il y a des gens qui ne sont pas tout à fait dans le même état de responsabilité que nous par rapport à la collecte. »

« Monter en gamme sur des volumes importants »

Pour Damien Lacombe, président de Sodiaal, « il faut être capable de monter en gamme sur des volumes beaucoup plus importants que des niches, qui ne profitent qu’à quelques producteurs dans leur coin ». Il en appelle à une « prise de conscience collective », estimant que « le sujet est plus important que l’entrée dans l’interprofession des distributeurs ».

Sur le sujet des volumes de production, le président de Sodiaal considère qu’« on ne peut pas être dans une filière qui fera sa réussite sur l’attrition des volumes. Il y a des contrats pour les gérer. Mais à l’exportation, on doit sortir de nos produits basiques pour aller chercher de la valeur auprès d’une classe moyenne qui se développe dans les pays émergents ».

V. Guyot

Les marchés à terme pour se couvrir ?

Sur les marchés internationaux se pose la question de la volatilité des prix. Pour Loïc Begué-Turon, du Crédit Agricole, « les marchés à terme peuvent être une solution pour permettre à l’ensemble des maillons de la filière de couvrir leurs marges ».

« Transparence sur les prix »

Mais le bon fonctionnement de ces places de transactions nécessite de rassembler plusieurs conditions. « Le marché à terme est une boîte à outils qui ne marche que s’il y a du monde à l’utiliser, car il faut de la liquidité. Par ailleurs, une transparence sur les prix est indispensable entre tous les acteurs, sans quoi le marché ne peut fonctionner. Enfin, cela nécessite compétence, et donc de la formation, pour éviter de découvrir les marchés à terme dans la douleur. »

Damien Lacombe, président de Sodiaal, reconnaît que « le marché à terme est un sujet actuellement travaillé pour sécuriser les volumes B ». De son côté, Michel Nalet, le directeur des relations extérieures de Lactalis, est plus réservé. « Les expériences que nous avons eues sur ces outils, notamment aux États-Unis, n’ont pas porté leurs fruits. Le lait, ce n’est pas comme les céréales, cela ne se stocke pas. Mais nous restons malgré tout ouvert sur ces mécanismes de gestion de la volatilité. »

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !