« Il y a quinze jours, je n’aurais jamais pensé que les prix des agneaux puissent reprendre plus de 30 centimes », avoue Jérôme Chartron, le chef des ventes sur le marché de Châteaumeillant dans le Cher. Pourtant c’est le scénario qui s’est déroulé le 7 avril sur ce cadran alors que Pâques approche en pleine épidémie de Covid-19. Les agneaux U de 38 à 44 kg se sont vendus...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
23%

Vous avez parcouru 23% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !