« Pour juguler et limiter l’impact de la gale ovine, un programme volontaire élaboré dans le cadre de la commission ovine de GDS France et avec la collaboration des partenaires impliqués dans la santé des ovins se met en place sur l’ensemble du territoire », explique Emmanuel Garin, vétérinaire au Groupement de développement sanitaire France (GDS France).

« Il vise à contrer la progression de la maladie qui s’opère depuis quelques années. Cette recrudescence est liée, entre autres, à la suppression des arrêtés préfectoraux imposant la lutte dans les foyers et à l’augmentation des flux d’animaux », ajoute-t-il.

Prévenir de nouveaux foyers

La gale des ovins est spécifique de l’espèce. C’est une dermatose très contagieuse due à un acarien qui vit à la surface de la peau des moutons. Elle entraîne des démangeaisons qui entravent le bien-être des animaux et les résultats technico-économiques de l’atelier.

« Le programme propose des recommandations pour prévenir l’installation de nouveaux foyers, les identifier, mieux les gérer et empêcher leur diffusion, explique Emmanuel Garin. Il s’agit à la fois de réduire les conséquences technico-économiques sur l’élevage et d’améliorer le bien-être des animaux. Si vous suspectez un cas chez vous, contacter votre GDS et le vétérinaire de l’élevage. »

Marie-France Malterre