Juste avant la clôture de la consultation du plan loup, le 29 janvier 2018, le Cercle 12, le Cercle 48, Olivier Maurin, président d’Elovel, et le maire de Prévenchères, Gérard Landrieu, ont envoyé une tribune au président de la République et au Premier ministre pour demander le retrait du plan loup.

« Nous n’avons obtenu aucune réponse, se désespère Mélanie Brunet, coprésidente du Cercle 12. Il est incroyable que le gouvernement reste sourd à nos revendications. Nous continuons de subir tous les jours la prédation sur les élevages. Depuis janvier, six brebis et un veau ont été tués sur ma zone. On nous propose des moyens de protection dont on sait qu’ils ont une efficacité limitée. »

Le collectif demande la tenue d’un comité d’urgence avant le 8 février 2018 réunissant tous les acteurs du territoire que nous sommes, afin d’établir un vrai « plan agropastoral » 2018-2023. « Si nous n’obtenons pas de réponses, nous envisageons des actions plus “musclées” », souligne Mélanie Brunet.

(1) dont 24 parlementaires, 13 élus départementaux, 156 élus locaux, 51 présidents de structures agricoles, 13 personnalités (vétérinaires, scientifiques, environnementalistes, chercheurs, historiens…), 92 agriculteurs et 83 citoyens, répartis sur l’ensemble des territoires.

(2) Collectif des éleveurs des causses d’Aveyron et des environs.

M.-F.M.