Depuis vingt-cinq ans, les dégâts du loup n’ont cessé de croître dans les Alpes-Maritimes. Au 30 novembre, les chiffres des dommages comptabilisaient déjà plus de 3 000 victimes, alors que pour l’ensemble du territoire le bilan fait état de plus de 11 000 victimes (source : Dreal Auvergne Rhône-Alpes).

L’élevage pastoral anéanti

« On assiste à l’anéantissement de l’élevage pastoral partout en France, insiste un éleveur des Alpes-Maritimes. On essaie de faire croire aux zones en cours de colonisation que les mesures de protection sont efficaces, mais c’est un leurre. »

Les éleveurs de la zone vivent dans l’angoisse constante d’une attaque de leur cheptel. « Les nouvelles générations d’agriculteurs sont de plus en plus rares », soulignent-ils dans un communiqué. Les syndicalistes réclament « une humanisation des décisions, prises au sujet du loup afin de mieux protéger les éleveurs et de fixer les prédateurs dans les zones non fréquentées par l’homme ».

M.-F. M.