Inspiré du modèle allemand, le projet repose sur le déploiement d’une vingtaine de caissons mobiles, rattachés à deux unités fixes d’abattage, de part et d’autre du département de Loire-Atlantique. « Accompagner nos animaux, depuis leur naissance jusqu’à leur mort, est notre motivation première. C’est une façon de leur marquer notre respect », rapporte Guylain Pageot, é...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
11%

Vous avez parcouru 11% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !