Alors que le projet de loi des États-généraux de l’alimentation a été présenté, le 31 janvier 2018, en conseil des ministres, Michel Biéro, gérant des achats de Lidl France, plaide en faveur d’« une interdiction stricte de toute promotion sur les produits d’élevage ». À savoir le bœuf, le porc et le lait, « sauf demande spécifique et unilatérale des éleveurs qui seraient en situation de surproduction », précise-t-il dans un courrier daté du 2 février 2018.

Un tacle aux concurrents de la distribution…

« Il faut avoir le courage de prendre cette décision que l’avant-projet de loi ne prévoit pas dans sa rédaction actuelle », poursuit Michel Biéro, tout en taclant ses concurrents qui « abusent de ces promotions et envoient un signal désastreux aux éleveurs et aux consommateurs ».

… Et aux industriels

Lidl souhaite également que soit imposé aux industriels un prix d’achat minimum garanti pour l’éleveur, « ou encore la mise en place d’accords tripartites sur chacune des filières ». Il s’agit, selon lui, d’assurer non seulement une juste rétribution pour le travail réalisé par les éleveurs, mais aussi « satisfaire les attentes des consommateurs en matière d’origine et de qualité des produits ».

Rosanne Aries