« Je ne pensais pas franchir un jour les portes du jardin de l’Assemblée nationale avec une de mes vaches et son veau ! C’est pourtant ce qui s’est passé le mercredi 26 février dernier, à 20 h : Ferrari et Pépito ont laissé l’empreinte de leurs sabots sur la pelouse de l’Hôtel de Lassay devant de nombreux députés. »

Sélectionnés pour le concours général agricole

« Éleveur sélectionneur en race limousine, je suis installé avec un troupeau de 140 vaches à Eyburie, en Corrèze. Mes deux animaux ayant été retenus pour participer au concours général de la race au Salon international de l’agriculture (Sia), nous voilà partis à Paris pour la semaine du 23 février au 1er mars. »

« Ma fille, Marine, est en BTS productions animales au lycée agricole des Vaseix, à Limoges. Cinq de ses camarades de classe ont réalisé une vidéo intitulée “Votre repas, notre combat”, dans le cadre de leur cursus. Ce court-métrage, qui témoigne de l’engagement et de la passion des agriculteurs à nourrir leurs concitoyens, a retenu l’attention d’un député de la Haute-Vienne. Celui-ci a demandé que ce film soit projeté à l’Assemblée nationale pendant le Sia et m’a invité à cette occasion avec ma vache et son veau pour renforcer le message transmis. C’est ainsi que le duo a traversé la capitale en camion pour ce rendez-vous inédit. »

« Il y a vingt ans, nous allions au Sia pour les affaires, aujourd’hui, c’est davantage pour communiquer. »

« Nous avons été bien accueillis par le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand. Il m’a demandé pourquoi la vache s’appelait Ferrari. Il a plaisanté sur l’année des F et salué le beau parcours de cet animal. Je lui ai, de fait, retracé le palmarès de notre lauréate. Âgée de neuf ans, très calme, dotée d’un développement harmonieux et d’une admirable longévité, elle a été championne au Concours national de la race limousine à Châteauroux et au Sommet de l’élevage en 2018. Elle a aussi été Miss World la même année, au Concours de toutes les races du monde organisé sur photos par PJ Bulder. Nous sommes allés chercher ce prix au Canada, en novembre 2019. »

« Alors oui, présenter cette vache et son veau, parler aux députés de nos vies d’éleveurs passionnés, de l’avenir de nos jeunes dans ce métier difficile a été un moment important où je me suis senti investi d’une mission. Nous devons plus que jamais communiquer sur une réalité dont se sont trop éloignés beaucoup de citadins. »

Propos recueillis par Monique Roque-Marmeys