« Il faut au moins 45,14 centimes pour couvrir les coûts de production laitière en France, rémunération comprise », affirme Boris Gondouin, président de l’Association des producteurs laitiers indépendants, dans un communiqué publié le mercredi 28 février par l’European Milk Board (EMB).

Le syndicat européen a présenté une étude des coûts de production laitière en France sur cinq ans. « Avec un prix moyen de 33,91 centimes par kilo de lait sur les cinq dernières années, la part non couverte des coûts de production s’élève en moyenne à 27 % », estime l’EMB

« 395 € en Bretagne, 592 € en Rhône-Alpes »

D’après cette étude, « le coût de production variait entre 39,56 centimes par kilo de lait en Bretagne, et 59,26 centimes dans le Rhône-Alpes en 2017 ». Les principaux écarts proviendraient des coûts pour « les achats de fourrage, l’entretien, les amortissements, les frais généraux annexes et les prestataires de services ».

Dans le calcul de ces coûts de production, le rapport précise que « les aides sont déduites lors du calcul des résultats finaux ». Le niveau de rémunération des éleveurs est basé sur « 1,5 fois le salaire minimum actuellement en vigueur de 9,76 euros de l’heure ».

« Étayer la proposition de formule »

Pour l’organisation de producteurs France Milk Board (FMB), « cette étude va nous permettre d’étayer la proposition de formule de calcul du prix faite aux industriels partenaires tels que Lactalis, Savencia, Sill/Malo, Vaubernier et Flechard ».

FMB demande également de « légiférer sur l’intégration des coûts de production dans la détermination du prix, et sur la prise en charge de la facturation par les organisations de producteurs mandatées par leurs adhérents ».

V. Gu.

(1) Büro für Agrarsoziologie und Landwirtschaft.