Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Pénurie de beurre dans les magasins

réservé aux abonnés

Lait
 - Pénurie de beurre dans les magasins
Twitter

Sur Twitter, plusieurs photos de rayons dans des grandes surfaces montrent des affiches indiquant une pénurie de beurre. Les consommateurs s’interrogent, les éleveurs se résignent.

Intermarché, Carrefour, Système U, Monoprix… Les messages fleurissent dans les rayons. Le contenu du message reste le même. « Le marché du beurre fait face à une pénurie de matière première sans précédent qui engendre des ruptures en magasins ». Ou encore « En raison d’une pénurie de matière première sur le beurre nous sommes aujourd’hui dans l’incapacité de vous proposer ce produit à la vente ».

Si certains ne donnent pas plus d’explications, d’autres vont jusqu’à prévoir qu’un « retour à la normale n’est pas prévu avant avril 2018 », tout en précisant que la pénurie est due à une « baisse de la production de lait français ».

« Pas de #prix = pas de #lait = pas de #beurre...»

Si les consommateurs s’inquiètent « Pénurie de #beurre ? », les agriculteurs ne s’étonnent pas quand ils voient le prix du lait à la production. « Faudra s’y faire pas #prix = pas de #lait = pas de #beurre... » commente une éleveuse du Morbihan. « J’ai l’impression que quelqu’un garde le beurre et l’argent du beurre !!! » répond une autre. « Il y a un malaise.. Ce matin dans le Cantal !!! » renchérit une éleveuse de salers. La FDSEA de la Vendée s’interroge, elle, sur la prévision de pénurie jusqu’en avril.

T.D.
Recul des fabrications de beurre en France et en Europe

La situation dégradée du marché de la poudre maigre, principal coproduit de la fabrication du beurre, conduit les transformateurs à privilégier la production de fromages.

Sur les huit premiers mois de l’année, la collecte laitière française est en retrait de près de 3 % par rapport à 2016, selon le ministère de l’Agriculture. En juillet dernier, les fabrications françaises de poudre maigre et de beurre ont chuté respectivement de 15,8 % et 8,6 % par rapport à juillet 2016. En revanche, la production de fromages à pâtes pressées cuites (emmental, comté, beaufort) et de fromages fondus progressent, respectivement de 7,3 % et 10 % sur la même période.

Un lait moins riche en matière grasse

Au niveau européen, la Commission anticipe un repli des fabrications de beurre 3 % sur l’année 2017, par rapport à 2016, alors que la collecte s’est globalement maintenue. La France et l’Allemagne, qui assurent 40 % de la production communautaire de beurre, ont vu leurs fabrications chuter de 7 % sur les sept premiers mois de l’année.

Autre facteur limitant : la teneur en matière grasse du lait collecté, qui plonge de 1,7 % de janvier à juillet 2017, principalement en raison d’une forte proportion de primipares dans les troupeaux. S’agissant des fromages, Bruxelles anticipe une progression de la production de 2 % en 2017.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !