« À un moment où les agriculteurs auront du mal à augmenter leur production et où les stocks seront difficilement mobilisables, les prix augmentent sur les marchés et à la production, estime la banque néerlandaise. Mais cette hausse du prix est davantage liée à la baisse de l’offre qu’à la demande. Et donc l’augmentation du prix sera limitée par une demande mondiale faible et des stocks importants. »

Une demande soutenue en beurre et fromages

Les conditions difficiles et les faibles marges dans les élevages ont provoqué une chute plus rapide que prévu de la production mondiale de lait. Parallèlement, la demande en produits laitiers, en particulier en beurre et en fromage, reste soutenue aux États-Unis et augmente en Europe.

« La combinaison de tous ces facteurs a provoqué une réduction des stocks mondiaux disponibles pour l’exportation plus marquée que nous l’avions prévu voilà un trimestre, explique Kevin Bellamy, analyste à la Rabobank. Les surplus disponibles pour l’exportation vont diminuer de plus de 3,4 millions de tonnes au second semestre de 2016 par rapport à l’an dernier. Nous envisageons une baisse supplémentaire de 2,5 millions de tonnes en 2017. »