Dans le classement des meilleurs prix du lait français établi par l’observatoire du prix du lait de L’Éleveur laitier, la coopérative est en deuxième position derrière la Fromagerie Ermitage (Grand Est). L’aide conjoncturelle de 25 €/1 000 l qu’elle verse aux 800 sociétaires depuis février maintient le prix de base au-dessus des 300 €/1 000 l.

« C’est l’engagement que la coopérative avait pris en 2015. Elle le poursuit en 2016, souligne le président Christophe Levavasseur. Alors que les producteurs sont en difficulté, il est logique qu’elle leur apporte cette aide. Nous ne sommes pas une entreprise capitalistique. » MLC chiffre ce soutien à 16 M€ sur l’année civile 2016, compléments de prix « maison » compris.

Les premières briquettes de lait pour la Chine en avril

Ce soutien au prix ne l’empêche pas de proposer des volumes supplémentaires : +10 % de prêts sur la campagne de 2016-2017. Cela, alors qu’elle enregistre un excédent de 40 à 50 Ml pour une collecte qui devrait atteindre les 410 Ml cette campagne (+2 %). C’est qu’à partir d’avril prochain, il faudra alimenter l’usine de Méautis, à côté de Carentan, d’une capacité de 150 Ml.

« Nous avons signé un contrat de onze ans avec notre partenaire chinois Synutra pour 690 millions de briquettes de lait infantile aromatisé et 90 millions de litres. La différence permettra une évolution sur nos marchés historiques ultrafrais et de beurres et crèmes sous appellation d’origine Isigny. » En attendant la mise en route, MLC transforme ses excédents en poudres (10,15 % du chiffre d’affaires 2015-2016) et en lait UHT (7,17 % du CA).

Montant de l’investissement : 116 M€ pour le site de Méautis, 100 % assurés par MLC. Rappelons que Synutra développe un autre partenariat en France, à Carhaix (Finistère), avec Sodiaal. L’industriel chinois a construit deux tours de séchage pour de la poudre infantile que le groupe coopératif approvisionne à hauteur de 290 Ml.

13 M€ de résultat net pour le groupe

Le lait UHT est vendu par la filiale de distribution France Frais créée il y a une vingtaine d’années pour la restauration hors foyer. Elle est le bras armé de la coopérative qui réalise avec elle 35 % de son CA. « France Frais est notre premier client. C’est notre force. » La filiale décuple les résultats de la coopérative. La seconde affiche un chiffre d’affaires de 326,25 M€ pour un résultat net de 2,56 M€.

Le chiffre d’affaires du groupe consolidé monte à 1,72 milliard d’euros pour 13,19 M€ de résultat. Le groupe ne veut pas s’arrêter en si bon chemin. Il vient d’acquérir la fromagerie manchoise Réaux qui fabrique des camemberts sous appellation d’origine et ne veut pas s’en interdire d’autres. Objectif : enrichir la gamme de produits laitiers de France Frais et booster sa marque « Campagne de France » jusqu’à présent réservée à la RHF. Désormais, les rayons des GMS sont visés. C’est un changement puisque la coopérative s’est positionnée pendant trente ans auprès de la distribution avec des produits frais sous marques de distributeur.

Claire Hue