Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le marché européen du beurre et de la poudre de lait tient bon

réservé aux abonnés

Conjoncture - Le marché européen du beurre et de la poudre de lait tient bon
Sur le second semestre de 2020, l’écart s’est creusé entre le prix du beurre européen, océanien et américain. © Jean-Michel Nossant

Au plus fort de la crise sanitaire, la valorisation beurre poudre du lait s’est effondrée. Depuis, les cours ont repris des couleurs, mais l’avenir reste incertain.

« En fin d’année 2020, les marchés laitiers résistent à la crise sanitaire apparue il y a près de dix mois », estime l’Institut de l’élevage (Idele) dans une note de conjoncture publiée le 14 décembre 2020. Entre février et avril, le cours européen de la poudre de lait écrémé a perdu environ 700 €/tonne, pour chuter à 1 900 €/t. Le seuil d’intervention n’a pas été atteint. Du côté du beurre, les données publiées par la Commission européenne font état d’une baisse de 500 €/tonne sur la même période, pour passer en deçà de la barre des 3 000 €/t.

Les cotations ont rebondi

Depuis, les deux cotations se sont redressées. Bien qu’inférieures aux niveaux de 2019, elles restent relativement stables depuis près de cinq mois : proche de 2 220 €/tonne pour la poudre de lait écrémé et de 3 400 €/tonne pour le beurre. Mais rien n’est acquis.

« Les mesures de confinement, en Europe comme aux États-Unis, évoluent en fonction d’une situation sanitaire très aléatoire et imprévisible » et « les acheteurs rechignent à se couvrir sur le long terme. Outre-Atlantique, une incertitude supplémentaire concerne la poursuite des achats publics de produits alimentaires par la future administration Biden », ajoute l’Idele.

Des signaux à surveiller

Sur le premier semestre de 2020, les exportations européennes d’ingrédients laitiers ont tenu bon, mais elles fléchissent progressivement (en valeur). Concernant la poudre maigre, les envois sont repassés sous leur niveau de 2019 entre août et octobre. « Cependant, les stocks bas, moitié moins élevés que l’année dernière, devraient permettre de soutenir les cours », analyse l’Idele.

Pour le beurre, en plus de faire face aux modifications des modes de consommation induites par la crise de la Covid-19, les industriels du Vieux Continent doivent rivaliser avec des envois étatsuniens et océaniens très compétitifs sur le second se­mestre 2020, même si la cotation océanienne a récemment rejoint, et même dépassé, le cours européen (lire encadré).

Les prix du lait en repli

En conséquence, et du fait du maintien de la collecte laitière dans les principaux bassins exportateurs mondiaux, le prix du lait français comme européen est en repli d’une année sur l’autre. Et ce, malgré un marché intérieur plutôt dynamique.

En cumul sur les dix premiers mois de l’année, le prix réel versé aux producteurs français, toutes primes et toutes qualités confondues, s’élève en moyenne à 371 €/1 000 litres, soit un repli contenu de 0,6 % sur un an, estime FranceAgriMer. Pendant la crise d’après quotas, avec l’intervention sur la poudre maigre, le prix moyen était descendu à 307 €/1 000 litres sur la même période en 2016.

Alexandra Courty

Marché porteur en Nouvelle-Zélande

Du côté du premier exportateur mondial, l’optimisme semble de mise. En dépit du contexte particulier de 2020, « les enchères de Fonterra ont enregistré trois hausses consécutives et la coopérative néo-zélandaise a, début décembre, revu à la hausse sa fourchette de prix pour la campagne en cours compte tenu de la bonne tenue des achats chinois », indique l’Idele.

Le pays se démarque particulièrement sur le marché du beurre. La cotation locale, très compétitive sur la fin de l’été, remonte sensiblement et flirte désormais avec le prix européen. « Les acheteurs ne semblent plus espérer de baisse de prix et procèdent donc aux achats », explique l’Idele.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !