L’OPA devait se conclure vendredi. Ce jeudi était le dernier jour durant lequel Lactalis pouvait relever son offre et la prolonger. Actionnaire majoritaire de Parmalat à hauteur de 87,74 % via Sofil, le Français a lancé cette OPA le 9 février, sur la part du capital de sa filiale italienne qui lui échappe encore. Cette opération vise à retirer Parmalat de la Bourse de Milan mais se déroulait à un prix inférieur à celui du marché.

Le marché plus intéressant que l’OPA

L’OPA s’effectuait jusqu’ici au prix de 2,80 € par action, alors que le titre, porté par l’opération, a évolué ces derniers temps autour de 3 €, avant de diminuer progressivement. Il s’échangeait à 2,87 € mercredi soir. Les actionnaires gagnaient ainsi plus en vendant leurs actions sur le marché.

Mercredi soir, après quatre semaines d’opération et à deux jours de sa clôture, Sofil n’avait récolté que 2,114 % du capital flottant. Le prix a été critiqué par certains actionnaires minoritaires, dont le fonds Amber Capital, pour qui le titre « pourrait valoir entre 3,8 et 4,5 € ».

AFP