Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La croissance de la collecte bio « inquiète la filière »

réservé aux abonnés

Lait
 - La croissance de la collecte bio « inquiète la filière »
© Cédric Faimali/GFA

Lors du conseil spécialisé du 13 septembre, FranceAgriMer est revenu sur l’ensemble des sujets d’actualité de la filière laitière : collecte de lait bio, marchés à l’exportation, États-généraux de l’alimentation…

Nombreux étaient les sujets à l’ordre du jour du conseil spécialisé des filières laitières de FranceAgriMer, réuni le 13 février dernier sous la présidence de Dominique Chargé.

Hausse de la collecte de lait bio en 2017

En France, les livraisons de lait bio sont se sont accrues de 11 % en 2017, tirées par de nombreuses conversions depuis 2015. Le prix plus attractif qu’en production conventionnelle est la principale motivation des éleveurs ayant franchi le pas. Le nombre de livreurs bio aurait augmenté de 20 % à la fin de l’année 2017. Un constat partagé dans les principaux pays producteurs de lait en Europe (Allemagne, Autriche, Danemark).

Selon FranceAgriMer, « la filière laitière s’inquiète du rythme de l’augmentation de la production bio par rapport à la dynamique de la demande pour les mois à venir, dans un contexte où la consommation de lait bio marque le pas et les prix de vente du lait et des yaourts bio dans les magasins s’effritent depuis plusieurs années. »

Commerce fragilisé vers la Chine

La présence de salmonelles dans certains lots de lait infantiles a eu « globalement peu d’impact pour la filière laitière en dehors de l’entreprise concernée, en termes d’accès aux marchés à l’exportation », estime FranceAgriMer. Cet événement a néanmoins suscité des demandes d’informations complémentaires de la part de sept pays, et s’avère « délicat à gérer » en Chine.

En outre, FranceAgriMer a constaté « des agréments en attente et une progression lente des enregistrements de recettes de poudres de lait infantiles en Chine, un impact sur les exportations françaises de fromages en Algérie du fait du blocage d’un grand nombre de produits importés et un changement de réglementation en Arabie Saoudite qui se traduira par une mission d’audit dans les prochains mois. »

Relations commerciales entre producteurs et acheteurs

Le projet de loi sur l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et agroalimentaire présenté à l’issue des États-généraux de l’alimentation devrait être examiné par le Parlement avant la fin du premier semestre de 2018.

Pour FranceAgriMer, « il vise notamment à rénover le cadre de la contractualisation entre producteurs et acheteurs. […] La proposition de contrat écrit devra désormais émaner de l’exploitant agricole ou de son organisation de producteurs qui dispose d’un mandat de négociation collective, et non de l’acheteur. La mesure est destinée à faire évoluer la construction du prix en partant de l’amont agricole. »

Les AOP désormais prises en compte dans les statistiques laitières

L’enquête mensuelle laitière réalisée par FranceAgriMer et le service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture intègre désormais des données de collecte et de prix pour les productions sous appellation d’origine protégée (AOP).

La première publication, prévue en mars 2018, permettra d’identifier distinctement collecte et prix du lait pour les différentes catégories de lait : conventionnel, bio et AOP.

V. Gu.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !