Alors que la collecte marquait encore le pas en janvier avec une baisse de 1,9 % par rapport à la même période l’an passé, son niveau parvient finalement à recoller à celui de 2018 pour le mois de mars. Benoît Rouyer, directeur de l’économie et du territoire au Cniel, concède néanmoins que « cette tendance reste à confirmer compte tenu du manque de ressources fourragères dans de nombreuses régions ».

Marché des produits laitiers équilibré

L’écart entre les cours du beurre et de la poudre de lait écrémé s’est sensiblement resserré début 2019, reflétant « un contexte offre demande plus favorable qu’en 2017 et 2018 », d’après Benoît Rouyer. Le beurre se maintient à un niveau « honorable » tandis que la cotation de la poudre maigre se stabilise 300 € au-dessus du seuil d’intervention (voir le graphique ci-après).

Concernant le prix du lait standard conventionnel, il se situe à 332 €/1 000 litres pour le mois de janvier 2019, soit 13 € en dessous du prix du lait toutes qualités confondues (bio et appellations d’origine inclus).

L’économiste rappelle néanmoins que la continuité de cette embellie sur le début d’année va dépendre de l’issue des négociations sur le Brexit.

A. Courty