« Les activités des entreprises se chevauchent sur le marché de l’approvisionnement en lait cru en France et sur le marché des produits laitiers de longue conservation en Italie et Slovénie », note la Commission dans son communiqué de presse.

Mais elle conclut que « la concentration envisagée ne soulèverait pas de problème de concurrence compte tenu de la faible augmentation de la part de marché qui résulterait de la concentration et de la présence de nombreux concurrents crédibles et bien établis. »

La coopérative Omira transforme chaque année 830 millions de litres de lait, fournis par quelque 2 600 producteurs, qui vont donc désormais travailler pour le géant français. L’entreprise allemande possède deux sites de production, à Ravensburg, dans le Bade-Wurtemberg et Neuburg an der Donau, en Bavière.

E.R. avec l’AFP