L’organisation de producteurs (OP) Lactalis AOP de Normandie a annoncé le 9 février dernier la signature de son contrat-cadre avec l’industriel, permettant de « décrire les conditions d’achat et de vente du lait en appellation d’origine protégée Camembert de Normandie, Pont-l’évêque et Livarot des producteurs adhérents ».

Une nouvelle formule de prix

Au cœur de cet accord, la mise en place d’une nouvelle formule de prix. « Auparavant, nous étions basés sur le prix du lait conventionnel, avec une simple prime AOP, explique Ludovic Podgorski, président de l’OP Lactalis AOP de Normandie. Désormais, le prix se base à 60 % sur la valorisation en filière AOP, et 40 % sur le mix-produit Lactalis. » Cette formule est établie pour une durée de deux ans, « avec des points de situation intermédiaires réguliers ».

Maîtrise des volumes

Autre volet important de ce contrat : la gestion des volumes collectés. « L’objectif est de maintenir notre niveau de production, de l’ordre de 90 millions de litres par an, détaille Ludovic Podgorski. Cet engagement est défini sur une période de cinq ans dans le contrat-cadre. Nous devons coller le plus fidèlement possible au marché, pour maintenir un bon niveau de valorisation du lait. Des règles seront donc établies pour gérer les entrées de nouveaux producteurs, ainsi que la redistribution des volumes en interne. »

V.Gu.