« Depuis plusieurs mois, nous demandons au groupe Lactalis de prendre en compte les coûts de production de ses fournisseurs dans l’élaboration du prix du lait », rappelle l’Organisation des producteurs Normandie centre (OPNC) dans un communiqué daté du 4 août 2016. Cette proposition, Lactalis les refuserait.

« Il faudra donc en passer par la loi », prévient l’OPNC. Voilà pourquoi l’OPNC dit avoir travaillé pour que soient introduites dans le projet de loi Sapin II des dispositions en faveur de la filière laitière. Son but : « que demain, les OP (organisation de producteurs) puissent enfin jouer leur rôle » dans la négociation avec l’entreprise d’un « prix pour un volume donné ».

Pas de vente à perte

L’OPNC s’interroge sur l’avenir des producteurs laitiers livrant à Lactalis, allant jusqu’à prédire la disparition d’une grande partie d’entre eux avant la fin de l’année. « Est-ce que le groupe Lactalis accepterait de signer un contrat avec la distribution qui l’obligerait à vendre à perte ses produits ? interroge l’OPNC. La réponse à cette question est bien sûr non ; pourtant c’est ce que le groupe Lactalis inflige à l’ensemble de ses fournisseurs. »

Selon l’OP, en août, le prix de base des fournisseurs de Lactalis en Basse-Normandie est de 252,94 €/1 000 l, tandis que les autres laiteries de la région payeraient entre 270 et 310 €/1 000 l.