« Les États membres ont accepté de ne pas vendre la poudre de lait écrémée mise à l’intervention après que la Commission a recommandé de refuser toutes les offres, celles-ci étant bien en dessous du prix de marché », justifie Bruxelles dans son communiqué.

En dessous du prix de marché

La Commission livre quelques détails. Elle a reçu des offres pour 7 490 tonnes avec des prix allant de 155 € à 190 €/100 kg, bien en dessous du prix minimum fixé pour la première offre en décembre, à 215,10 €/100 kg.

« Cette décision de refuser toutes les offres et d’attendre de meilleures propositions souligne une fois de plus que vendre à n’importe quel prix n’a jamais été une option de la Commission, insiste le communiqué. Maintenir l’équilibre du marché et le redressement des prix reste ses objectifs. »