Réduction de la collecte, prix du lait, négociations commerciales, Brexit… De nombreux sujets ont été abordés par le directeur général du géant laitier.

Prix du lait

Concernant le prix du lait, Daniel Jaouen certifie que le groupe « a tiré les leçons » de la semaine de manifestation ayant lieu en août 2016 devant le siège Lactalis. « J’accepte de faire mon mea culpa. C’est vrai que nous avions trop baissé le prix du lait », concède le directeur avant d’assurer que la demande en visibilité des livreurs a bien été entendue. « À nous de mieux expliquer ce que nous faisons et l’évolution de nos marchés pour que les producteurs aient une perception plus juste du groupe. »

Les accords signés avec Système U, Carrefour et E. Leclerc dans le cadre des négociations commerciales sur les marques nationales font dire à Daniel Jaouen que « le message des EGA est passé » mais reste modéré au vu du chantier qui reste à faire sur les marques de distributeur (MDD).

Nous nous sommes engagés à redonner de façon transparente aux producteurs la hausse de prix obtenue. Ce qui nous anime sincèrement est de réévaluer le prix de base des producteursDaniel Jaouen, directeur général du groupe Lactalis

International

À la crainte des organisations de producteurs (OP) de voir le groupe réduire la collecte en France, le directeur général répond que l’objectif est à la maîtrise et non à la coupe : « Nous accélérons notre développement à l’international […] mais la France reste notre premier marché en termes de chiffre d’affaires, nous ne baissons pas les bras. »

Autre sujet sensible, le Brexit. Même si le scénario du no deal se profile, Daniel Jaouen se veut plutôt rassurant. « Si cela arrive, nous nous adapterons comme nous l’avons fait après l’embargo russe et la crise sur le lait infantile. Nous exporterons moins au profit d’un développement plus local », assure-t-il.

Retrouvez l’entretien dans son intégralité sur le site de L’Éleveur laitier.

A. Courty