Selon le journal, une opération a porté entre 2016 et 2017 sur 2 milliards d’euros, aboutissant au transfert de 1 milliard de plus-value vers une société de la famille Besnier basée en Belgique, BSA International, et 1 autre milliard vers une autre société de Lactalis basée au Luxembourg, Ekabe International.

« Immense colère »

La Confédération paysanne a réagi la première, faisant part de son « immense colère » face à ces révélations, alors même que « le combat pour le revenu des paysans fait rage en France ». Le syndicat interpelle l’industriel, mais aussi le président de la République : « Lactalis, champion de l’opacité, doit des explications aux paysans. Nous demandons à Emmanuel Macron de mettre ses discours en actes et de demander des comptes au géant lavallois ! Il faut que le parquet financier ouvre une enquête. »

E.C.