C’est donc Culture Viande qui en fait écho dans son flash hebdo diffusé le vendredi 6 août 2021. Julien Denormandie a chargé le médiateur de la coopération agricole « d’identifier avec l’interprofession [du bétail et des viandes] les actions à planifier (formations, déplacements…) pour accélérer la mise en place de la contractualisation et proposer un plan d’actions ».

Gilles Vanachere doit également formuler des propositions concernant les éventuelles entreprises qui pourraient déroger à la contractualisation obligatoire, selon leur seuil de chiffre d’affaires, telle que le prévoit la proposition de loi (PPL) Egalim 2 visant à protéger la rémunération des agriculteurs.

Une mise en œuvre avant le 1er janvier 2023

De même, le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, a demandé au médiateur de se pencher sur « des dates de mise en œuvre réalistes de la contractualisation obligatoire à privilégier pour chacun des segments de marché ».

La proposition de loi Egalim 2 prévoit une date d’entrée en vigueur maximale de la contractualisation obligatoire au 1er janvier 2023. Enfin, Gilles Vanackere devra émettre un avis sur « les difficultés majeures relevées, pour la mise en place de la loi et la façon de les surmonter ».

> À lire aussi : Filière, des pistes pour sortir la viande bovine française de l’impasse (27/05/2021)

Lucie Pouchard

(1) Ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts, Gilles Vanackere a été nommé, le 15 décembre par décret du Président de la République, médiateur de la coopération agricole au sein du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Votre analyse du marché - Bovins maigres

L’offre est modeste sur les marchés

Sur les marchés, les apports restent mesurés, les éleveurs étant toujours accaparés par les travaux de saison. Du côté de la demande, les engraisseurs italiens conservent des besoins de rotation malgré des coûts de production élevés. L’Espagne exprime également des besoins, même s’ils sont moins élevés que l’an passé. Ce dernier débouché entre en concurrence avec le marché intérieur, qui a réactivé sa production à l’engraissement souvent soutenue par une filière d’abattage pour assurer l’approvisionnement des outils industriels.