Faut-il fertiliser les prairies malgré le coût des engrais azotés ? Comme beaucoup d’éleveurs, c’est la question que s’est posée Antoine Thibault, agriculteur à Breteuil, dans l’Eure.

Selon lui, la réponse est oui. « On a tendance à considérer la prairie comme une sous-culture. Mais si on ne la fertilise pas, on n’obtiendra pas une qualité maximale d’herbe », explique-t-il.

Hausse des compléments alimentaires

Pour Antoine Thibault, si on veut avoir des vaches productives, toute baisse de la qualité de l’herbe doit être compensée par une augmentation du besoin en complément alimentaire. Et les coûts de ces derniers ont aussi explosé. Après avoir fait son calcul, l’agriculteur choisit donc de maintenir sa fertilisation.

Selon Antoine Thibault, dans les prairies à pH acide, on peut éventuellement compenser une baisse de la fertilisation par un apport de chaux car l’azote s’absorbe mal si le pH est trop bas.

Renaud d’Hardivilliers