La semaine dernière, les autorités sanitaires ont donc délimité une zone de restriction dans laquelle sont interdits tous mouvements de bovins, de caprins et d’ovins. Un inventaire est lancé dans deux départements pour identifier tous les élevages potentiellement concernés. Des analyses de lait dans les fermes situées dans un rayon de 4 km autour des élevages où s’est déclarée la maladie, ont lieu, ainsi que des visites hebdomadaires cliniques dans les élevages ovins. 250 000 vaccins arrivent. La campagne de vaccination devrait durer jusqu’en décembre.

Vendredi, le 9 septembre 2016, les organisations agricoles réclamaient une campagne de vaccination sur les deux départements concernés, demande qui, pour l’instant, n’a pas été approuvée par les autorités. Aucun cas n’avait été identifié depuis dix ans dans cette région plus portée sur l’engraissement de jeunes bovins que sur l’élevage ovin. Mais sa situation transfrontalière inquiète les pays limitrophes : la Slovénie, la Croatie et l’Autriche.

N.S.