L’observatoire du Cniel a livré ses nouveaux indicateurs de marché le 20 décembre, à l’orée des négociations commerciales annuelles sur les marques nationales. Les références interprofessionnelles sur le prix de revient du lait, issues des données des centres de gestions et des organismes de conseil en élevage, pour l’année à venir sont les suivantes :

Lait de plaine en filière conventionnelle : 384 €/1 000 litres

Lait de montagne en filière conventionnelle : 459 €/1 000 litres

Lait biologique : à paraître en novembre 2020. Pour l’heure, l’indicateur retenu reste celui calculé à partir des données 2017 du réseau d’information comptable agricole (Rica), soit 538 €/1 000 litres.

Nouvelle méthode de calcul

Si les 396 €/1 000 litres pour le lait conventionnel produit en plaine, calculés à partir des données Rica 2016, font office de repère depuis plus d’un an, une page vient de se tourner. « La nouvelle valeur de 384 €/1 000 litres ne lui est pas directement comparable puisqu’il s’agit d’une nouvelle méthode de calcul qui s’appuie sur des données à la fois plus complètes et représentatives de nos territoires », précise Caroline Le Poultier, directrice du Cniel.

Les indicateurs prix de revient calculés à partir des données Rica continueront toutefois à figurer dans l’observatoire. Les données 2018 sont attendues pour le mois de janvier.

L’observatoire du Cniel, accessible ici, sera publié tous les mois mais les indicateurs prix de revient et coût de production ne seront réactualisés qu’une fois par an. « La mise à jour annuelle se fera au mois de novembre afin de coïncider avec le début des négociations commerciales », explique Caroline Le Poultier.

A. Courty

(1) Le prix de revient est égal au coût de production de l’atelier lait duquel sont déduits le montant des aides et les autres produits affectés à l’atelier (ventes des veaux, des réformes…). La rémunération de la main-d’œuvre se monte à 2 Smic/UTH dédiée à l’atelier lait. Définition du Cniel.