« Lorsque le niveau de risque nécessite la mise en place de mesures renforcées de biosécurité, les volailles et oiseaux captifs détenus dans des établissements à finalité non commerciale sont claustrés ou protégés par des filets », rappelle le ministère de l’Agriculture, dans une instruction technique publiée le 18 novembre 2021.

C’est le cas depuis le 5 novembre 2021, avec le passage en risque « élevé » vis-à-vis de la grippe aviaire sur l’ensemble du territoire métropolitain. « Dans le cas général, toutes les volailles et oiseaux captifs doivent rester claustrés à l’intérieur de bâtiments fermés, souligne le ministère. […] Des auvents adjacents aux bâtiments peuvent être installés afin d’abriter les systèmes d’abreuvement et d’améliorer l’état des litières. »

> À lire aussi : Grippe aviaire, un recours devant le Conseil d’État contre la claustration des volailles (16/11/2021)

Bâtiment fermé

Les bâtiments fermés sont considérés comme « une construction dont le toit et toute ou partie des quatre parois sont en matériaux pleins, non accessible à la faune sauvage, y compris au niveau des ouvertures destinées à la ventilation et des trappes de sortie lorsqu’il s’agit d’élevages en mode plein air. »

Un bâtiment fermé. © Ministère de l’Agriculture

Abri léger

Le ministère définit l’abri léger comme une construction avec « un toit et au minimum deux parois en matériaux pleins sur toute ou une partie de la hauteur ». Les autres parois, qui peuvent être non fermées ou fermées partiellement par des matériaux pleins, sont protégées par un filet ou un grillage.

« L’ensemble est inaccessible à la faune sauvage, y compris les ouvertures destinées à la ventilation. » Les abris légers sans fondation peuvent être démontables ou déplaçables. Les tunnels dont les deux extrémités sont fermées par des grillages ou des filets sont considérés comme des abris légers.

Un abri léger. © Ministère de l’Agriculture

Auvent

Les auvents sont des constructions annexées à un bâtiment ou abri léger. Ils doivent être construits « en matériaux pleins, en filet ou en grillage sur les côtés et couverts par un toit construit en matériaux pleins. L’ensemble est étanche à la faune sauvage. » Le ministère considère les jardins d’hiver comme des auvents.

Illustration des auvents. © Ministère de l’Agriculture

Protection sous filet

Les palmipèdes prêts à engraisser (PFG) détenus élevage autarcique (1) ou disposant de bâtiments ou d’abris légers de taille modeste (60 à 120 m²) « peuvent être mis à l’abri sur des parcours extérieurs de surface réduite protégés par un filet à partir de la cinquième semaine d’âge jusqu’à 17 semaines d’âge ». Cette adaptation de la mise à l’abri est applicable uniquement aux élevages hébergeant au maximum 1 500 PFG.

La surface des parcours réduits sous filet est déterminée par le vétérinaire après analyse des risques de contamination par le virus de l’influenza aviaire. Sur ces parcours réduits sous filet, la densité maximale ne doit être supérieure à 2 PFG/m². Les dispositifs d’alimentation et d’abreuvement doivent être abrités dans les bâtiments ou abris et si cela n’est pas possible, sous des protections installées sur ce parcours recouvert d’un filet.

Une protection sous filet. © Ministère de l’Agriculture

> À lire aussi : Les foyers de grippe aviaire en élevage se multiplient en Europe (10/11/2021)

Vincent Guyot

(1) Élevages introduisant uniquement des canetons d’un jour et sortant des palmipèdes vivants exclusivement pour une destination vers un abattoir situé sur place ou non. Les carcasses et foies des palmipèdes gras sont destinés à une vente par le producteur et en circuit court.