Après la découverte d’une basse-cour touchée par le virus H5N8 hautement pathogène en Allemagne, à moins de 100 kilomètres de la frontière française, le ministère de l’Agriculture « appelle à la vigilance les acteurs du monde de la chasse et l’ensemble des détenteurs de volailles, dans un communiqué publié le 14 février 2019. […] L’introduction de ce virus sur le territoire national aurait des conséquences économiques majeures pour la filière ».

> À lire aussi : Une basse-cour infectée par le virus H5N8 en Allemagne (11/02/2020)

Depuis décembre 2019, les cas d’Influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) de sérotype H5N8 se multiplient en Europe de l’Est. « L’origine des foyers n’est pas connue avec certitude mais une contamination, directe ou indirecte, par les oiseaux sauvages est vraisemblable selon les experts », précise le ministère.

Situation évolutive selon la météo

Selon l’Anses, ces foyers « n’amènent pas une augmentation significative du risque en France : les oiseaux migrateurs actuellement présents dans les pays d’Europe de l’Est vont migrer vers le nord-est et s’éloigner. » La situation sanitaire est toutefois évolutive, et pourrait être « réévaluée dans les semaines à venir, en fonction des conditions météorologiques. »

Les mesures de biosécurité doivent être strictement respectées lors du transport des volailles et en élevage, dans lesquels « ne peuvent pénétrer que des personnes autorisées », insiste le ministère. Par ailleurs, tout signe clinique inhabituel doit être « immédiatement déclaré à un vétérinaire. »

Faune sauvage sous surveillance

En parallèle, la surveillance des oiseaux sauvages est réalisée par les services de l’Office français de la biodiversité (OFB) avec les chasseurs dans le cadre du réseau SAGIR est « renforcée sur l’ensemble du territoire national. »

Vincent Guyot