Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La viande de veau, l’autre grande « absente » des rayons

réservé aux abonnés

Grande distribution - La viande de veau, l’autre grande « absente » des rayons
« La FNB rappelle qu’il est essentiel que les distributeurs respectent les engagements pris lors des États-généraux de l’alimentation », indique le syndicat dans un communiqué. Agnès Massiot

La Fédération nationale bovine (FNB) appelle la distribution à respecter les engagements pris lors des États-généraux de l’alimentation, « notamment en proposant des produits de qualité d’origine française et en défendant la juste rémunération des éleveurs ».

« Les éleveurs de veaux s’emploient pleinement à assurer l’approvisionnement de nos citoyens en produits français de qualité au sein des grandes surfaces et des boucheries artisanales sur l’ensemble du territoire », lance la FNB dans son communiqué diffusé le 7 avril 2020. Et d’inciter les industriels et les acteurs de la grande distribution à actionner les outils déployés par la loi Egalim et par l’interprofession pour « ne pas mettre en péril la continuité de la production vitelline française ».

> À lire aussi : « Viande bovine, la FNB exige un prix minimum pour les éleveurs » (30/03/20)

Les filières sous signe de qualité « aussi délaissées »

Selon la FNB, « les enseignes de la grande distribution communiquent sur le soutien apporté aux agriculteurs. […] Force est de constater que la réalité est bien différente. » « Dans les grandes et moyennes surfaces (GMS), l’espace attribué à la viande de veau dans les linéaires est très faible en comparaison à d’autres viandes, complète Angélique Delaire, administratrice de la FNB et éleveuse dans le Puy-de-Dôme. Les filières sous signes d’identification de la qualité et de l’origine (SIQO) sont aussi délaissées des GMS, depuis la fermeture d’une partie des rayons traditionnels. »

Les passages moins fréquents des consommateurs dans les GMS pendant le confinement à cause du Covid-19, cumulés à l’arrêt de la restauration collective ne favorisent pas la consommation de la viande de veau, historiquement printanière. « Nous risquons de perdre une partie de notre marché, avec des répercussions inévitables sur les ventes d’automne », s’alarme-t-elle. Et ce alors que « les éleveurs de veau ont poussé à la mise en place d’un budget supplémentaire au sein de l’interprofession afin de communiquer massivement sur ce produit », ajoute la FNB (voir l’encadré ci-dessous).

« Les industriels doivent prendre leurs responsabilités »

Du côté des industriels, les retards de sorties et les délais de vide sanitaire prolongés sont déjà annoncés. « Pour certains éleveurs sous contrat, le vide sanitaire n’est pas rémunéré. Pour autant, sur ces 6 à 8 semaines de vide, ces derniers doivent supporter les charges de structure sans revenu en face. Si cette situation est amenée à durer, elle pourrait mettre en péril nos exploitations », fait savoir Angélique Delaire. Ainsi, malgré les difficultés rencontrées, la FNB encourage vivement les industriels à se soumettre aux nouvelles modalités du contrat type d’intégration rénové par Interbev veaux.

> À lire aussi : Veaux de boucherie, un contrat d’intégration « rénové » pour l’élevage à façon (21/11/19)

Bien que les entreprises ne soient pas dans l’obligation de s’y conformer avant le 21 novembre 2020, « les modalités de ce contrat comprennent déjà tous les outils nécessaires pour affronter cette période, note le syndicat des éleveurs de bovins à viande. En effet, il prévoit notamment les cas particuliers d’allongement de la période d’engraissement et de retard de démarrage d’une bande, la rémunération des éleveurs reposant sur des indicateurs de références interprofessionnels. »

Lucie Pouchard
« La filière de la viande de veau française se mobilise »

Dans un communiqué de presse diffusé le 8 avril 2020, l’interprofession du bétail et des viandes (Interbev) chiffre la baisse d’activité dans le secteur du veau de boucherie à 35 %. Un véritable coup de massue pour la filière, à une période habituellement propice à la consommation de viande de veau.

« Cette baisse s’explique par l’arrêt quasi total des commandes passées par la restauration commerciale, qui représente d’ordinaire un débouché important pour la filière (plus de 20 %), et par le fort recul de l’offre proposée aux consommateurs dans ses circuits d’achats habituels, explique Interbev. La fermeture des marchés et la diminution significative du nombre de stands traditionnels ouverts dans les GMS affectent fortement la mise sur le marché du veau sur les étals et dans les rayons. »

Une nouvelle campagne de communication

Pour soutenir les professionnels de la filière face aux difficultés auxquelles ils sont confrontées, la section des veaux d’Interbev met en place, du 14 au 24 avril 2020, un plan de communication, via les supports numériques et les spots radio. Des outils pour les points de vente — fiches-recettes, kits de communication pour les pages Facebook des magasins — seront également mis à disposition pour promouvoir cette production.

Votre analyse du marché - Veaux

La faiblesse de l’offre facilite les échanges

L’activité commerciale demeure sous le contrôle des gros opérateurs, qui ont stoppé la remontée des prix sur les marchés. Cette année, la hausse saisonnière des cours des veaux laitiers aura été de courte durée et surtout plus faible que les années précédentes. Le marché espagnol n’est plus moteur dans la progression des prix.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !