C’est fait. En juin 2019, Gènes Diffusion annonçait « l’agrément imminent » de deux nouveaux organismes de sélection (OS) pour les races bovines prim’holstein et charolaise. Il aura finalement fallu attendre le 19 février 2020 pour l’agrément de la race allaitante et le 31 juillet 2020 pour celui de la race laitière.

« L’OS holstein Gènes Diffusion est donc désormais une réalité, avec des objectifs clairs : orienter la race au service des éleveurs, construire une génétique plus moderne, maîtriser les coûts pour l’éleveur et insuffler une dimension européenne aux programmes de sélection », résume le communiqué de presse publié le 31 août 2020.

Une race, deux OS

Le règlement zootechnique européen (RZUE), entré en vigueur le 1er novembre 2018, autorise la création de plusieurs OS par race. Gènes Diffusion a ainsi fait le choix de quitter l’OS née de l’association des acteurs historiques Prim’Holstein France, Pie rouge, Évolution et Auriva en avril 2019.

L’OS de Gènes Diffusion devient donc la deuxième OS holstein française. Cette démarche « implique, à ce jour, près de 10 000 éleveurs, indique Gènes Diffusion. Ils seront, sans aucun doute, encore nombreux à s’associer à ce projet d’envergure, dans les prochains mois. »

« L’ISU reste commun aux deux OS, précise Sylvie Patey, coordinatrice génétique chez Gènes Diffusion. Nous sommes également favorables à une concertation raciale en ce qui concerne les index historiques. »

L’Union Gènes Diffusion sera appuyée par France Conseil Élevage, pour le contrôle de performance, les EDE, pour le suivi de la certification de parenté bovine, et la structure GenEval sur le volet de l’indexation.

Alexandra Courty