Après l’officialisation de l’agrément Charolais + en tant qu’organisme de sélection (OS) en race charolaise, « une convention a été signée avec l’OS historique Charolais France en 2019, retrace Michel Fouchet, directeur adjoint de l’entreprise de sélection Gènes Diffusion. Toujours d’actualité, elle permet l’évaluation génétique des reproducteurs par l’entité GenEval sur une base de données commune pour tous les index élémentaires Iboval. »

« Actuellement, 80 à 85 % des nouveaux taureaux charolais diffusés sont inscrits dans les deux livres généalogiques », estime le spécialiste. Cependant, des difficultés subsistent dans certains cas sur la réciprocité des classes de mérite. « C’est le cas par exemple pour les taureaux strictement inscrits Charolais + », illustre Cyrille Thomas, éleveur dans la Loire et président de la section charolaise de Gènes Diffusion.

> À lire aussi : Gènes Diffusion lance ses OS holstein et charolaise (13/06/19)

Équivalences dans les classes de mérite

Pour répondre aux interrogations des éleveurs présents dans l’assemblée, les représentants de Gènes Diffusion ont confirmé que, conformément au règlement zootechnique européen, « des passerelles existent entre les livres généalogiques des deux OS de la race charolaise ».

« C’est une première étape. Il reste à s’accorder plus finement sur les équivalences et la reconnaissance réciproque des classes de mérite », confie Michel Fouchet. Des discussions avec l’OS Charolais France doivent être entamées prochainement en ce sens.

« Nous tentons de trouver des solutions gagnant-gagnant, à la fois pour les deux OS et les éleveurs utilisateurs », assure Cyrille Thomas. Par ailleurs, « nous travaillons par exemple à une gestion des gènes d’intérêt pour servir au mieux la race et les éleveurs. En stations d’évaluation, il s’agit aussi de gagner en efficience sur la sélection des futurs reproducteurs », soutient Michel Fouchet.

Lucie Pouchard