Après le feu vert des sénateurs en juillet 2018, les députés se sont positionnés en faveur de l’affinage des fromages fermiers en dehors de l’exploitation, lors de la séance publique du 4 décembre 2019. « Lorsque le processus d’affinage est effectué en dehors de l’exploitation en conformité avec les usages traditionnels, l’information du consommateur doit être assurée », précise l’amendement adopté au Palais-Bourbon.

Vide juridique

Cette décision vient corriger un « un vide juridique total », laissé par « deux recours en 2009 et 2015, supprimant à chaque fois toute indication relative à l’affinage [des fromages fermiers] à l’extérieur de la ferme », rapporte la Fédération nationale des éleveurs de chèvres (Fnec), dans un communiqué publié le 5 décembre 2019.

Pour le syndicat, la pratique de l’affinage hors exploitation « relève du choix de chacun des producteurs d’affiner ou non sur leur ferme, dans leur choix de commercialisation ». Son président, Jean Philippe Bonnefoy, estime que « cela va nous permettre d’avoir enfin un cadre de discussion pour trouver la meilleure façon d’assurer la bonne information du consommateur. Mais aussi de nous garantir en tant que producteur, qu’on s’y retrouve en termes de valorisation de notre produit et de notre travail. »

V. Guyot