Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Des marchés aux bestiaux ferment à cause du coronavirus

réservé aux abonnés

Foirails - Des marchés aux bestiaux ferment à cause du coronavirus
Le marché aux bestiaux de Cholet fait partie des places qui ont annoncé leur fermeture jusqu’à nouvel ordre suite à l’épidémie de coronavirus et aux mesures mises en place pour freiner la propagation du Covid-19. © L. Pouchard/GFA

Le durcissement des mesures de protection annoncées hier par le président de la République Emmanuel Macron, pour limiter la propagation du coronavirus Covid-19, contraint les marchés aux bestiaux à la fermeture. La Fédération française des marchés de bétail vif (FMBV) fait un point sur la situation, ce mardi 17 mars 2020.

Les informations relatives au fonctionnement des marchés arrivent au compte-gouttes. Depuis la semaine dernière, plusieurs d’entre eux ont fermé leurs portes à la suite des alertes de leurs préfectures respectives. À titre d’exemple, le foirail de Cholet, qui recensait une activité de vente plutôt convenable hier, le lundi 16 mars 2020, annonce sa fermeture aujourd’hui et ce, « jusqu’à nouvel ordre ». « La décision se fait au cas par cas et revient à la préfecture de chaque département », explique Marion Donars, chargée de mission à la FMBV. Cet épisode pourrait compliquer le suivi des prix dans les prochaines semaines.

« Les plus petits marchés pourraient ne pas se relever »

Au regard de la situation sanitaire à cause du coronavirus qui se complique un peu plus chaque jour, « les marchés aux bestiaux pourraient être arrêtés quelque temps. Ceci dit, la filière a déjà rencontré des circonstances semblables en 2002. Pendant l’épisode de fièvre aphteuse, tous les rassemblements d’animaux étaient interdits », se souvient Stéphane Jamin, le président de la Fédération française des commerçants en bestiaux (FFCB) des Pays de la Loire.

« Les circuits avaient été réorganisés et le travail, maintenu, malgré les difficultés. Cependant, à la réouverture des marchés, les flux d’animaux avaient repris mais avec une dynamique moindre, poursuit-il. Si la situation actuelle perdure, une nouvelle perte de flux pourrait être fatale à certains foirails, notamment ceux affichant de faibles volumes. »

État des marchés aux bestiaux selon la FMBV (au 17 mars 2020 à 17 h 50)

  • Agen : ouvert ;
  • Arras : fermé jusqu’à nouvel ordre ;
  • Baraqueville : ouvert ;
  • Bourg-en-Bresse : ouvert ;
  • Brive la gaillarde : fermé ;
  • Cadran d’Armor — Mur de Bretagne : pas d’information ;
  • Carentan : ouvert ;
  • Chambery : pas d’information ;
  • Charolles : ouvert ;
  • Châteaubriant : Ouvert ;
  • Château-Gontier : ouvert et maintien la semaine du 23 mars 2020 ;
  • Châteaumeillant : ouvert ;
  • Cholet : fermé jusqu’à nouvel ordre ;
  • Corbigny : ouvert ;
  • Forges-les-Eaux : fermé jusqu'à nouvel ordre ;
  • La Talaudière : fermé jusqu’à nouvel ordre ;
  • Laissac : fermé jusqu'à nouvel ordre ;
  • Lancogne : fermé jusqu’à nouvel ordre ;
  • Le Monastier sur Gazelle : pas d’information ;
  • Lezay : ouvert ;
  • Mauriac : ouvert et maintien la semaine du 23 mars 2020 ;
  • Mézières-sur-Issoire : pas d’information ;
  • M.O.L. : fermé ;
  • Moulins-Engilbert : ouvert ;
  • Objat : pas d’information ;
  • Parthenay : fermé jusqu’à nouvel ordre ;
  • Rabastens-de-Bigorre : ouvert ;
  • Réquista : ouvert ;
  • Rethel : ouvert ;
  • Saint-Christophe-en-Brionnais : fermé jusqu’à nouvel ordre ;
  • Saint-Laurent-de-Chamousset : pas d’information ;
  • Sancoins : ouvert ;
  • Saugues : ouvert pour les bovins, pas d’information pour les ovins ;
  • Sicamon : fermé jusqu’à nouvel ordre ;
  • Saint-Yrieix Bourdelas : pas d’informations ;
  • Ussel : fermé jusqu’à nouvel ordre ;
  • Villeneuve d’Aveyron : fermé jusqu’à nouvel ordre.

Cette liste est susceptible d’être modifiée dans les jours à venir, en fonction de l’évolution de la situation sanitaire et des dispositions prises par le Gouvernement pour faire face à la pandémie de Covid-19.

Lucie Pouchard
Les concours d’animaux de boucherie de Pâques sont annulés

Les traditionnels concours de Pâques de bovins de boucherie de haute valeur bouchère devaient commencer cette semaine. Les mesures de restrictions prises par le gouvernement hier soir pour enrayer l’épidémie de coronavirus, ont entraîné l’annulation de toutes ces manifestations.

C’est un véritable coup de massue pour les éleveurs qui œuvrent depuis des mois pour amener leurs meilleurs animaux sur ces concours. Pour faire face, des adaptations ont été anticipées par les responsables des concours. Des attestations seront attribuées à ces animaux directement sur les fermes. Ceci permettra de les commercialiser avec une plus-value correspondant à leur qualité directement dans les fermes, mais sans mise en concurrence des acheteurs.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !