« À quelques jours de la date d’application des nouveaux tarifs, Sodiaal en appelle à la responsabilité des acteurs de la grande distribution », déclare la coopérative, dans un communiqué publié le 25 mai 2022. Le 1er juin prochain, de nouveaux tarifs doivent en effet s’appliquer en magasin sur les produits des marques de Sodiaal ainsi que pour « les marques de distributeurs faisant l’objet encore de négociations commerciales ».

Pour la coopérative laitière, si les tarifs n’augmentent pas de 15 à 20 auprès des distributeurs, « les conséquences seront dramatiques pour la filière qui ne pourra plus faire face à l’inflation des coûts de production. À terme, une partie des producteurs de lait en France pourrait réorienter son activité. Et de brandir le risque d’une « pénurie de lait en France.

> À lire aussi : Filière, la collecte laitière toujours en repli (17/05/2022)

Garantir un prix au-dessus de 400 €/1000 l

Sodiaal assure que les hausses de tarifs demandées à la distribution doivent permettre de « garantir la rémunération des éleveurs significativement supérieure à 400 €/1 000 litres de lait ». Car au-delà de la flambée des coûts de production exacerbée par la guerre en Ukraine, la filière laitière fait face à « une baisse significative du nombre d’exploitations et à une sécheresse qui met les éleveurs et les usines en tension », pointe la coopérative.

D’après Damien Lacombe, son président, les distributeurs « tardent à amorcer concrètement le premier pas vers une augmentation significative [des tarifs] ». La première coopérative laitière française insiste en outre sur « la place essentielle » des produits laitiers dans le panier des ménages, et assure qu’« une majorité des Français a déjà conscientisé les hausses de prix. »

> À lire aussi : Filière, la consommation de lait retrouve son niveau d’avant Covid (11/05/2022)

Vincent Guyot