« En septembre 2021, pour le deuxième mois consécutif, les abattages de volailles sont supérieurs à ceux de septembre 2020 (+1,4 % en poids), en lien avec l’activité dynamique de la filière des poulets et la reprise des filières des canards », rapporte Agreste, dans une note de conjoncture publiée le 8 novembre 2021. Cette dynamique, observée depuis août 2020, « marque une rupture après la baisse [des abattages] du premier semestre. »

> À lire aussi : Les marges des aviculteurs baissent dans une année chahutée (03/11/2021)

Des contrastes selon les filières

En septembre, les abattages de poulets de chair sont supérieurs de 3,5 % en poids à ceux de 2020. « En 2021, l’augmentation du poids des carcasses (+40 g par poulet sur un an) permet d’atteindre des records d’abattages sur les quatre derniers mois », analyse Agreste. En parallèle, les abattages de canards reprennent des couleurs après la crise de l’influenza aviaire : +30 % sur un an pour la filière à rôtir et +11,3 % en têtes pour la filière à gaver.

S’agissant des pintades, les abattages « se redressent par rapport à septembre 2020 » tandis que ceux de dindes « demeurent en net retrait. » « Pour cette espèce, depuis le début de l’année, les niveaux de production sont très inférieurs à ceux de la moyenne de 2018 à 2020 », souligne Agreste.

> À lire aussi : Les foyers de grippe aviaire se multiplient en Europe (10/11/2021)

Consommation soutenue

En France, en août 2021, la consommation de viandes de volailles est « particulièrement soutenue, portée par la viande de poulet ». Celle de canards progresse également de 20 % sur un an, « compte tenu du rebond de l’offre », et au regard d’une consommation particulièrement basse en août 2020.

Sur le volet commercial, pour les exportations de Gallus « dépassent le niveau moyen sur cinq ans (+13,5 %) » en août 2020. Elles sont particulièrement dynamiques vers l’Union européenne, en particulier vers les Pays-Bas et la Belgique. « Les ventes au Moyen-Orient de poulets entiers augmentent également (+25,1 %) »

En parallèle, les importations de viandes de Gallus ont progressé de 11,7 %. « Ces achats de pièces progressent fortement, en provenance du Royaume-Uni et de la Belgique, au détriment de la Pologne », indique Agreste.

> À lire aussi : Porc et volailles, préserver les exportations françaises malgré les épizooties (04/11/2021)

Vincent Guyot