« Dans les années 2000, la France comptait 350 établissements d’abattage et aujourd’hui ils ne sont plus que 265, d’après le dernier chiffre du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation », rapporte le Modef (confédération syndicale agricole des exploitants familiaux) dans un communiqué publié le 18 septembre 2020.

Sur les quatre-vingts abattoirs publics, la plupart font face à « de graves difficultés économiques ». Si rien n’est fait, « la fermeture de ces équipements conduirait à pénaliser un grand nombre d’éleveurs en leur faisant subir des coûts de transport supplémentaires », estime le syndicat.

Mobiliser les aides pour les abattoirs publics

Le syndicat, qui pointe du doigt une « domination sans partage » entre les établissements d’abattage, demande que les aides prévues dans le plan de modernisation soient destinées aux abattoirs publics pour les « sauver ». « En 2013, seuls 9 d’entre eux avaient pu bénéficier des aides prévues au plan viande de FranceAgriMer », souligne le Modef.

Lucie Pouchard