Le déséquilibre entre l’offre et la demande de lait biologique fragilise la filière. Le prix standard du lait bio est orienté à la baisse depuis septembre dernier. Fait significatif, il est passé sous le prix du conventionnel en avril. L’enquête mensuelle laitière de FranceAgriMer l’annonce sous la barre des 400 €/1 000 litres, contre presque 406 €/1 000 litres pour le prix de base conventionnel.

« Les éleveurs et éleveuses engagés en circuit bio ressentent un profond malaise et une véritable incompréhension des décisions des principaux collecteurs et transformateurs. Ceux-ci affichent un prix du lait bio en deçà du prix du conventionnel, alors même que le lait est déclassé et valorisé sur le même circuit ! », s’indigne la Confédération paysanne, dans un communiqué publié ce mercredi 6 juillet 2022.

Appel à l’aide d’une « filière d’avenir »

Le syndicat a interpellé les cinq principaux collecteurs de lait bio, hors Biolait, par voie postale pour les confronter à cette réalité. « Au-delà de l’aspect économique, c’est une dévalorisation de la bio et la non-reconnaissance des valeurs et du travail des producteurs et productrices », souligne la Confédération paysanne.

Convaincu qu’il s’agit là d’une « filière d’avenir » à protéger, le syndicat « appelle les pouvoirs publics à réagir pour ne pas laisser les producteurs et productrices de lait seuls » et « faire respecter la formation du prix en marche avant en prenant pleinement en compte les indicateurs de coûts de production ».

Alexandra Courty