Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La viande limousine label rouge séduit le consommateur

réservé aux abonnés

Filière - La viande limousine label rouge séduit le consommateur
Retour sur la remise des « Victoires des viandes de bœuf label rouge » en race limousine à l’occasion du Salon international de l’agriculture le 25 février 2020. © L. Pouchard/GFA

Pour l’association Limousin promotion, la communication de la filière viande en faveur de l’offre label rouge commence à porter ses fruits. Malgré les contraintes sanitaires liées au Covid-19, les viandes limousines label rouge enregistrent un bilan de vente plutôt positif sur l’année 2020. Les catégories « bœuf » et « junior » ont remporté un franc succès auprès des consommateurs, notamment en boucherie artisanale.

« Les résultats de vente de 2020 offrent des perspectives encourageantes pour l’année 2021 », estime Jean-Marc Escure, directeur de Limousin promotion lors d’un point presse ce jeudi 4 mars 2021. Le contexte sanitaire a incité bon nombre de Français à se tourner vers les commerces de proximité. Une dynamique qui a profité aux viandes bovines limousines label rouge.

En 2020, Limousin promotion a enregistré une progression des ventes de 19 % sur le bœuf, soit une augmentation des volumes commercialisés de 900 tonnes. La catégorie « junior » (1) connaît une augmentation de 15 % (+ 300 tonnes). Les ventes des viandes de veau, d’agneau et de porc limousins n’ont pas profité d’une telle embellie et reculent légèrement en volume.

La vente en ligne se développe

« Si le nombre de points de vente (2) est resté relativement stable en 2020, les boucheries artisanales ont vu leurs ventes de viandes limousines label rouge progresser de près de 20 % en volume, constate Jean-Marc Escure. Malgré les restrictions sanitaires, les opérateurs ont su s’adapter. Certains ont opté pour la solution du click and collect, avec la préparation de commandes à l’avance. D’autres ont organisé des services de livraison. »

Pour soutenir cette dynamique, Limousin promotion compte lancer dès le mois d’avril un site d’e-commerce à destination des quelque 1 000 bouchers artisans engagés dans le label rouge viandes limousines. « Cette action vise notamment à aider les points de vente qui ne sont pas toujours en capacité de développer un tel dispositif par leurs propres moyens », appuie Jean-Marc Escure.

Les enseignes de la distribution en quête de contrats

A contrario, les rayons traditionnels en grandes et moyennes surfaces (GMS), faisant face à des baisses de leurs effectifs de salariés lors du premier confinement, ont enregistré « des replis ponctuels des ventes de l’ordre de 10 % en volume aux mois d’avril, mai et juin 2020 », constate le directeur de Limousin promotion.

Mais ce début d’année 2021 marque une volonté des enseignes de la grande distribution de contractualiser davantage de volumes en label rouge, notamment sous forme de barquettes destinées au libre-service.

« Dans la logique des États généraux de l’alimentation et du plan de filière, nous avons reçu beaucoup de demandes d’engagement de la part des GMS » complète Limousin promotion, qui compte à présent dans ses rangs SVA Jean Rozé, filiale d’Intermarché.

Des marges de progrès en restauration hors domicile

Dans son bilan 2020, Limousin promotion constate enfin une sensible augmentation des ventes de viandes labellisées à destination de la restauration hors domicile (+ 50 tonnes). De même, « la part de haché label rouge écoulé dans ce secteur a progressé de 400 tonnes », analyse Jean-Marc Escure. Si les volumes commercialisés restent encore très marginaux, Limousin promotion réaffirme son ambition de « pénétrer le marché des restaurants et cantines d’entreprises ».

« Le label rouge « junior » spécifique à la race limousine nous permet de répondre aisément à la volonté exprimée par le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie de fournir davantage les cantines scolaires en viande de jeune bovin français », ajoute Jean-Pierre Bonnet, président de Limousin Promotion.

> À lire aussi : La viande limousine en route vers la Chine (12/02/2020)

Lucie Pouchard

(1) Viande issue de jeunes bovins exclusivement de race limousine ne dépassant pas 18 mois pour les mâles et 28 mois pour les femelles.

(2) La filière limousine label rouge regroupe 1 716 points de vente en France en 2020, dont 64 % en boucheries artisanales, 33 % en GMS et 3 % en restaurants.

Limousin promotion se tient prêt pour approvisionner la Chine

La crise du Covid-19 a coupé net les exportations de viandes limousines label rouge vers la Chine. Pour autant, le président de Limousin promotion, Jean-Pierre Bonnet, se dit toujours « dans les starting-blocks » pour répondre à la demande de l’Empire du milieu mais à certaines conditions.

Toujours en contact avec ses partenaires chinois, Limousin promotion entend positionner les viandes limousines label rouge sur le haut de gamme, à l’instar du bœuf de Kobé. « Les exportations [quand elles reprendront] se feront à des prix rémunérateurs pour les éleveurs », indique Jean-Marc Escure, le directeur de Limousin promotion.

« Dans l’attente » de prochains envois

« Pour l’heure, nous sommes dans l’attente », confie Jean-Pierre Bonnet. Les chaînes de restauration et les hôtels chinois, qui tournent toujours au ralenti, ne permettent pas encore d’envisager une reprise des exportations françaises.

« Mais quand la demande chinoise se fera sentir, nous serons facilement en capacité d’y répondre », confirme le président de Limousin promotion, qui vise un premier objectif de 1 000 tonnes de bœuf et de jeune bovin mâle limousin label rouge.

« L’écoulement de jeunes bovins mâles vers la Chine pourrait booster la production et redonner du prix aux éleveurs », s’enthousiasme Jean-Pierre Bonnet.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !