Il était près de 1h30 du matin dans la nuit de jeudi à vendredi 14 août 2020 lorsqu’un automobiliste a appelé les pompiers. Au bord de la route, à Saint-Cyr-de-Valorges, dans la Loire, une ferme était en proie aux flammes. Aussitôt, onze centres de secours des alentours se sont rendus sur place, soit une cinquantaine d’hommes et de femmes. Deux échelles ont dû être déployées pour s’emparer du feu. « Dès l’arrivée des sapeurs-pompiers, le bâtiment agricole était déjà tout embrasé », relate à La France Agricole Gilbert Grataloup, le maire de la commune.

Au total, ce sont près de 4 500 m2 qui ont brûlé à la ferme Pétel, à Saint-Cyr-de-Valorges. ©GoogleMaps

« Tout est parti en fumée, il ne reste rien »

La fromagerie, le bâtiment agricole, les robots de traite, la boutique de souvenirs, le cheptel. Au total, ce sont près de 4 500 m2 qui ont brûlé à la ferme Pétel. « Les 6 000 m3 de foin sont partis en fumée car il s’agissait d’un séchage en grange, c’est du vrac », explique Monsieur le maire. « Toutes les bêtes sont mortes, il y avait 80 vaches laitières, des veaux et des vaches gestantes, il s’agit de 80 à 100 bêtes brûlées », déplore-t-il encore.

« Tout est parti en fumée, il ne reste rien, ils ont tout perdu. » Les propriétaires de la ferme étaient absents lorsque le feu s’est déclaré. Revenus immédiatement sur place, ils ont pu voir que leur lieu d’habitation, de l’autre côté de la route, avait été mis en sécurité par les sapeurs-pompiers. Dans leur ferme, travaillaient des salariés à la fromagerie, des apprentis fermiers également, « ils étaient moins d’une dizaine » à œuvrer à l’exploitation, détaille le maire de la commune.

Les sapeurs-pompiers de la caserne de Saint-Cyr sont présents sur les lieux de l’incendie pour sécuriser le périmètre. ©Gilbert Grataloup

Les pompiers sur place pour surveiller la ferme

Ce vendredi 14 août 2020 en fin de matinée, les sapeurs-pompiers de la caserne de Saint-Cyr étaient encore présents sur les lieux de l’incendie pour sécuriser le périmètre. Comme l’explique Gilbert Grataloup, « le feu est éteint sur tout le bâtiment, sauf au niveau du foin ». La stratégie adoptée est de laisser ce « gros tas de foin en vrac » se consumer sous surveillance en raison des risques de sécheresse. Une opération qui « peut durer plusieurs jours. »

À lire aussi : Incendie, 14 000 tonnes de fourrage parties en fumée (12/08/2020)

Oriane Dieulot
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Commerce plus calme dans les laitières d’entrée de gamme

Dans le domaine des allaitantes, les transactions sont plus calmes. En réformes laitières, face à une meilleure couverture de la demande, les industriels accentuent la pression sur les vaches maigres. En jeunes bovins, l’animation commerciale reste soutenue du fait de faibles disponibilités.
Votre analyse du marché - Veaux

La pression s’accentue sur les croisés

Les effectifs de veaux laitiers croissent sur les marchés. Une proportion importante prend le chemin de l’Espagne, faute de place suffisante en France. Les intégrateurs maintiennent leurs grilles tarifaires, mais ils imposent des quotas à leurs fournisseurs. Du côté des croisés, l’offre grandit également et les acheteurs accentuent la pression, notamment sur les veaux croisés blanc bleu R de conformation.