Une ferme laitière située à Houlbec-Cocherel, dans l’Eure, avait déposé un projet d’extension en 2017. La préfecture du département a signalé le 14 octobre 2021 la publication « d’un arrêté préfectoral pour demander à l’exploitant de poursuivre le projet de modernisation et d’amélioration des conditions de fonctionnement de son exploitation […] dans le respect de la réglementation, et sans augmenter le nombre total de bovins sur le site ».

Un avis favorable avait été reçu en février

Le projet d’extension de la ferme laitière, qui a déjà évolué ces dernières années à la demande des autorités, avait reçu en février dernier un « avis favorable » du Coderst (Conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques) « sur la base de ces nouvelles avancées », rappelle un communiqué de la préfecture de l’Eure reçu le vendredi 15 octobre 2021.

« Toutefois, en réponse à des tensions persistantes, le préfet a sollicité au printemps dernier auprès des ministres de la Transition écologique et de l’agriculture une mission nationale d’expertise. » Cette dernière, qui a présenté ses conclusions au début de septembre, a estimé que « le fonctionnement de l’exploitation et son insertion dans son environnement local doivent encore être améliorés et ne permettent pas aujourd’hui d’autoriser une augmentation du nombre d’animaux telle que demandée par l’exploitant ».

« Enfin, pour faciliter l’échange avec les riverains, […] une commission de suivi de site sera mise en place dans les toutes prochaines semaines », indique le communiqué.

De vives oppositions dès le début du projet

Ce projet d’agrandissement d’une exploitation située sur deux sites, à Houlbec-Cocherel et Douains, dans l’ouest de l’Eure, a suscité de vives oppositions depuis ses débuts. À la fin de 2019, le commissaire enquêteur, en charge de l’enquête publique, avait rendu un avis défavorable, relevant à l’époque des « problèmes importants de voisinage » et soulignant les nuisances supplémentaires d’une éventuelle extension.

Doubler les effectifs

Ce projet d’extension « soulève la question de l’intégration de l’agriculture dans son environnement, dans un contexte où les attentes sociétales sont fortes, mais aussi dans un cadre légal et réglementaire qui doit permettre aux exploitations agricoles de fonctionner », souligne la préfecture.

Selon l’avis du commissaire enquêteur, l’agrandissement porterait « l’effectif maximum à 1 069 et 460 bêtes » (sur les deux sites), amenant à quasi doubler les effectifs de vaches laitières par rapport à l’effectif actuel.

Raphaëlle Borget, avec l’AFP