Dans une note publiée au Bulletin officiel le 5 octobre 2017, le ministère de l’Agriculture précise les conditions applicables aux mouvements de ruminants issus d’une zone réglementée à cause pour le sérotype 8 de la FCO en France. Ces mouvements concernent les échanges au sein de l’Union européenne, et les exportations vers les pays tiers. La principale modification apportée par cette note est l’obligation de vacciner les femelles avant leur insémination, quelle que soit ensuite la destination de ces femelles gestantes.

La note rappelle également le délai d’acquisition de l’immunité après vaccination, selon les préconisations du fabricant : 33 jours pour les ovins par le vaccin Calier, 21 jours après la seconde injection de primovaccination par le vaccin Mérial, 20 jours pour les ovins et 31 jours pour les bovins par le vaccin CZV. Concernant les femelles gestantes, elles sont « considérées comme valablement vaccinées 60 jours après la primovaccination ou dès l’injection de rappel administrée selon les préconisations du fabricant ».

Protocoles en 10 jours

Néanmoins, dans le cadre des protocoles bilatéraux négociés avec certains pays, ainsi que pour les mouvements nationaux, « le délai d’acquisition de l’immunité après une primovaccination en deux injections est de dix jours quel que soit le vaccin utilisé. Les caprins peuvent être vaccinés selon les conditions relatives aux ovins. »

Attention, les protocoles bilatéraux « ne sont pas applicables aux femelles gestantes ». Seules y sont éligibles les femelles gestantes vaccinées avant l’insémination ou la saillie (disposition spécifique pour le sérotype 8). Dans le cadre des mouvements à destination de l’Italie, du Luxembourg et de l’Espagne, les femelles gestantes sont considérées comme valablement vaccinées après un délai de 10 jours », précise la note du ministère.

E.C.