Les éleveurs volontaires pour jouer le rôle de sentinelles dans la surveillance de l’activité vectorielle de la fièvre catarrhale ovine (FCO) de sérotype 8 seront défrayés forfaitairement à hauteur de 200 € par cheptel testé. Le ministère de l’Agriculture l’a assuré dans un communiqué du 7 octobre 2016, publié conjointement avec GDS France.

Un prélèvement sanguin par mois

« Dans les 34 départements n’ayant pas encore connu de foyer, un suivi sérologique est réalisé, explique le communiqué. Ce sont ainsi de l’ordre de 180 bovins pour lesquels un prélèvement sanguin est réalisé chaque mois dans une dizaine d’élevages volontaires. Ce dispositif est en vigueur jusqu’à la fin de l’année. »

Passée cette période, la surveillance hivernale devrait être reconduite dans la zone réglementée, afin de pouvoir déclarer certains départements comme « saisonnièrement indemnes ». Les contraintes de sorties des animaux seraient alors allégées. « Le même dispositif de soutien financier sera mis en place », assure le communiqué.

Votre analyse du marché - Bovins maigres

Peu d’évolution sur les marchés

Les éleveurs étant toujours accaparés par les travaux de fenaison, bon nombre de broutards restent dans les herbages. L’offre sur les marchés est limitée. Du côté de l’exportation, les expéditions restent soutenues vers le marché italien alors que le recul est marqué en direction de l’Espagne.